QUAND UN MALHEUREUX CRIE, l’ETERNEL ENTEND…

Aller en bas

QUAND UN MALHEUREUX CRIE, l’ETERNEL ENTEND… Empty QUAND UN MALHEUREUX CRIE, l’ETERNEL ENTEND…

Message par GoD'$ CHiLD78 le Ven 28 Mar - 9:27

« Car je connais les projets que j’ai formé sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance ». Jérémie 29 : 11.

Déprime dites-vous ? Je dirais plutôt : dépression, profond dégoût de la vie, souffrance morale permanente, haine de soi, impossibilité d’aimer, pensées morbides, isolement, solitude, lassitude, tourments, peur, angoisse, manque de repos, nuits blanches, et j’en passe...

J’avais pourtant un bel avenir devant moi. J’avais été reçu à un concours, et intégré une école de police dans le sud de la France où je suivais une formation avec à la clé un métier qui non seulement m’intéressait mais me garantissait la sécurité de l’emploi… C’était en 1995.

Pourquoi moi Seigneur ? J’étais tout de même chrétien depuis mon plus jeune âge, un chrétien pouvait-il donc être dépressif ? Je n’avais pourtant commis aucun péché grossier pour mériter cela ! Tant de questions que je me posais souvent sans y trouver de réponse. Alors, en proie à une profonde détresse, je criais régulièrement vers Dieu, dans un endroit isolé de cette école. Cela dura environ huit ou neuf mois. Je ne captais pas grand chose pendant les cours. Je n’étais pas disponible pour cela. J’étais présent mais c’était tout. J’allais même consulter un psychologue en cachette pendant mon temps libre mais la situation ne semblait pas s’améliorer. Finalement, il n’y avait pour moi qu’une seule issue apparente : le suicide.

Alors que j’étais en stage dans un commissariat de police, j’entrais dans les toilettes et je pris l’arme que je portais à la ceinture. C’était un revolver. Je le pointais sur ma tête, me disant que je n’avais qu’un geste à faire : actionner la détente et ce serait fini, mon cauchemar serait terminé. Mais, pensant à la peine que je ferais à mes parents qui en souffriraient toute leur vie, je reportais à plus tard ma décision d’en finir. Je me rappelle encore qu’une fois, pendant mon stage à Marseille, j’étais dans une chambre, assis à une table, assailli par des pensées négatives et morbides lorsque je sentis que quelqu’un entrait dans la chambre. Même si je ne voyais personne, j’avais la conviction que Jésus lui-même était là. Je me mis à pleurer de joie en réalisant que mon Seigneur ne m’avait pas abandonné comme je le pensais mais qu’il était toujours avec moi et qu’il était venu me délivrer.

…Ma dépression dura encore plusieurs mois après cet événement. Le temps de la délivrance n’avait pas encore sonné… Alors, j’écrivis une lettre de démission que je remis à mon formateur. Je ne pouvais plus rester dans cette école vu mon état. Je ne savais pas ce que j’allais faire mais je voulais partir. Le formateur refusa ma démission et m’encouragea à aller jusqu’au bout de ma formation. Avec le recul, je bénis Dieu car c’est Lui qui n’a pas permis que cet homme accepte ma démission. Il avait un plan, un projet de paix pour moi...mais à ce moment là je ne le savais pas.

Pendant cette période, j’allais de temps en temps dans une église évangélique de la région, le dimanche. Une personne de cette église, fut pour moi d’un énorme soutien par ses prières et ses encouragements en m'appelant régulièrement le soir. Cette personne me révéla par la suite que Dieu avait mis sur son cœur un fardeau pour moi ce qui me fut d’une aide précieuse. A quelques semaines de la fin de ma formation, au bout du rouleau, je criais vers Dieu, le suppliant de venir à mon secours, puis je me couchais. Le lendemain, lorsque je me réveillais, j’étais complètement guéri. Je n’en revenais pas. C’était comme une nouvelle naissance, je redécouvrais et prenais plaisir aux choses les plus simples de la vie. Je m’émerveillais devant la beauté de la nature. Je reprenais enfin goût à la vie. Je compris que Dieu m’avait visité pendant mon sommeil et qu’Il avait mis un terme à mon épreuve en me libérant de cette dépression inoubliable que j’avais enduré.

Mais cela ne s’arrêtait pas là, pendant les quelques semaines de formation qui suivirent, Dieu me donna des capacités de mémorisation si extraordinaires que je repris les cours depuis le début et c’est ainsi que je pus rattraper tout le retard que j’avais accumulé et réussir l’examen final clôturant le cycle de formation. Chose plus étonnante encore, pendant plusieurs nuits, je ne dormais pratiquement pas, plongé dans mes cours, et pourtant dans la journée, j’étais encore plus en forme que ceux qui avaient dormi toute la nuit. C’est alors que je compris ce passage de la Bible qui dit dans Esaïe 40 verset 30 « Les adolescents se fatiguent et se lassent, et les jeunes hommes chancellent. Mais ceux qui se confient en l’Eternel renouvellent leur force. Il prennent leur vol comme les aigles. Ils courent et ne se lassent point. Ils marchent et ne se fatiguent point. » Comme Job, je pouvais dire « mes oreilles avaient entendu parler de Toi mais maintenant mon œil te voit ».

Personne ne peut plus me faire douter de l’existence et de l’amour de mon Seigneur Jésus car j’ai expérimenté Sa miraculeuse délivrance. J’ai appris à le connaître à travers cette expérience, à le connaître sous des angles différents. Ces faits se sont passés il y a onze ans maintenant. Je n’ai plus jamais vécu pareille chose. J’ai vu encore bien des fois la main de Dieu dans ma vie. Je travaille toujours dans la Police nationale, Dieu m’a permis de réussir à des examens et m’a donné des responsabilités intéressantes. Dieu m’a donné une femme, deux enfants et une église formidable avec beaucoup de frères et sœurs.

La bible déclare dans le libre des Psaumes, chapitre 34, verset 7 : « QUAND UN MALHEUREUX CRIE, l’ETERNEL ENTEND, ET IL LE SAUVE DE TOUTES SES DETRESSES » JE NE LE CROIS PAS ! JE LE SAIS !

Je dédie ce témoignage à mon Libérateur, Jésus Christ de Nazareth. Je lui suis éternellement reconnaissant pour cette grande délivrance qu’il m’a accordée. Comme le dit la Parole de Dieu, la Bible, dans le livre des Psaumes, chapitre 46, verset 2 : « L’Eternel est pour nous un refuge et un appui ; un Secours qui ne manque jamais dans la détresse ». Christ est ma vie et je suis tellement heureux de Le connaître et de marcher sur le chemin qu’il a tracé devant moi. Oui, pour tous ceux qui se confient en Lui, Il a des projets de paix et non de malheur.
GoD'$ CHiLD78
GoD'$ CHiLD78
Administration
Administration

Féminin Nombre de messages : 256
Age : 30
Localisation : Mantes la jolie (78)
Date d'inscription : 30/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://godschild78.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum